« Théorème vivant » : biopsie de la mathématique.

Exposé aux médias de façon retentissante après avoir obtenu la médaille Fields, Cédric Villani, chercheur atypique au look dandy, a acquis un statut de rock-star des mathématiques. Quid derrière les apparences ?

théorème[1]

Avec son livre Théorème vivant, Cédric Villani nous plonge dans ce qui fut son quotidien de chercheur entre 2008 et 2010. Une période où le travail qu’il accompli lui vallu la plus prestigieuse distinction en mathématiques.

Tout d’abord précisons-le clairement : bien que le lecteur sera captivé par nombre d’anecdotes sur quelques grandes figures des mathématiques,  Théorème vivant  n’est pas un ouvrage de vulgarisation.
Il faut bien l’avouer, les premières pages sont assez « monstrueuses » tant les propos formulés semblent abstraits, complexes et techniques. On y sentirait presque chez l’auteur une pointe désagréable d’autosatisfaction à évoquer de façon badine des formules qui écœureraient  n’importe quel étudiant sur le point de passer l’agrégation. Mais, au fil des pages, on comprend que là n’est pas l’essentiel, qu’il faut contempler ces calculs comme des images, sans forcément chercher à les comprendre… Pari audacieux pour un livre destiné au grand public : « il est communément admis en vulgarisation mathématique, et le plus souvent imposé par les éditeurs, qu’un texte rédigé pour tous ne doit contenir aucune formule » nous confie Cédric Villani…
En fait, ce sont les péripéties des recherches, menées avec Clément Mouhot, qui font le sel de ce récit et le rendent haletant. Les moments d’incertitudes, d’espoir, de découragement, d’euphorie, de fatigue, sont confessés, avec une sincérité totale. Les échanges de mails aux formules consignées en Latex, nous parlent dans un jargon inaccessible ? Peu importe, ils nous éclairent sur la passion, les intuitions des chercheurs et nous montrent qu’en mathématique ( sans « s » ! ) , « c’est comme dans un roman policier ou un épisode de Columbo : le raisonnement par lequel le détective confond l’assassin est au moins aussi important que la solution du mystère elle-même »
Le lecteur se passionnera pour la vie dans les laboratoires, l’univers de Princeton, l’émulation et les échanges entre scientifiques lors de colloques menés aux quatre coins du monde… Et aussi pour la façon dont la quête obsessionnelle de la preuve mathématique vient s’inviter dans le quotidien familial…

L’activité mathématique est bien plus humaine que vous ne le pensez !

A lire égalementhttp://cedricvillani.org/une-naissance-tant-attendue-theoreme-vivant/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s