Hanoi et ses étoiles…

Invité d’honneur du meeting annuel annuel de l’Institut de Recherche Avancée en Mathématiques dirigé par Ngo Bao Chau, Cédric Villani était cette semaine à Hanoi. En marge des conférences destinées aux universitaires (auxquelles ont pu participer M. Foucher et M. Hulot du LFI Duras !) les deux chercheurs, ont tenu le 24 août, une réunion publique à l’initiative de l’Institut Français. Devant un public jeune et enthousiaste, les deux médailles Fields (l’équivalent pour les mathématiques du prix Nobel) ont été accueillis sous des applaudissements nourris dignes de rock-stars ! Ensemble, pendant près de 2 heures, ils ont évoqué avec éloquence le rôle prépondérant de leur discipline dans les technologies du numérique (ordinateurs, téléphonies, GPS), de la médecine (cœur artificiel, imagerie médicale), de l’économie (modèles stochastiques). Ils ont également détaillé le rôle qu’ont pu tenir les mathématiques dans l’Histoire (*) et annoncé la réalisation à moyen terme de deux projets de musées qui leur tiennent à coeur: Un musée dédié aux mathématiques à Paris, un autres consacré aux sciences, à Quy Nhon, au centre du Vietnam.

Se montrant rassurant avec les jeunes écoliers et lycéens venus les écouter, Cédric Villani et Ngo Bao Chau ont indiqué qu’il n’est jamais trop tard pour progresser. Néanmoins, ils ont reconnu qu’un pallier est à franchir au collège : c’est en effet l’âge où l’on aborde les premières démonstrations, et où il faut travailler avec des grandeurs abstraites, traitées sous forme d’équations. Mais, d’une même voix, ils ont assuré que c’est en surmontant la difficulté, que l’on obtient les plus grandes fiertés et que l’on renforce l’estime de soi.

Au détour d’anecdotes personnelles pleines d’humour, ils ont apporté le conseil suivant pour les plus jeunes, inquiets face à leur avenir : il faut suivre ses passions ! (Ngo Bao Chau précisant que, quand on doit choisir entre deux chemins, si on hésite, « il faut se tourner vers celui qui est le plus beau ! »)

(*) A ce propos, on pourra lire la bande dessinée « Les rêveurs lunaires », dont Cédric Villani et Edmond Baudoin sont les co-auteurs. Cet ouvrage évoque le destin de quatre génies dont les recherches ont eu une influence sensible sur le cours de la deuxième guerre mondiale. Les mathématiques y sont présentes notamment à travers Alan Turing, le mathématicien qui a décodé les systèmes de cryptage nazi et rendu possible le débarquement allié en 1944.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s