Concours Castor, Alkindi et Course aux nombres…

La fin de l’année 2016 a été l’occasion pour les élèves du Lycée de participer à différents concours en mathématiques… et d’y faire très bonne figure !

Concours Castor

Les élèves du CM2 jusqu’à la classe de Terminale ont participé à une nouvelle édition du concours Castor. En quatrième, Matéo et Erwann (4ème B) ont résussi l’exploit de décrocher une 33ème position sur plus de de 38000 participants inscrits dans leur catégorie !

Citons également les très belles performances de Huu Tan et de Mathilde (1SA) ainsi que du binôme Hoang Minh et Jeankien (CM2A) qui figurent dans le 200 premières places de leurs catégories respectives.

Félicitations à eux !

Un trophée et un diplôme leur sera remis lors de la traditionnelle remise des prix de la fin de l’année.

107_9676 107_9690 107_9679

 

 

 

 

Elèves passant les épreuves en ligne du concours Castor

La Course aux nombres

Ce concours concerne tous les élèves du CM2 jusqu’à la 2de. Objectif : résoudre par du calcul mental 30 petits problèmes en 7 minutes.

A l’échelle du Lycée, les gagnants de la « Course aux nombres » dont la finale s’est déroulée le 13 décembre 2016 sont :

CM2 : Valentin M.

6ème : Clémence B.

5ème : Joseph G.

4ème : Nicolas V.

3ème : Paul C.

2de : Huu Truc N.

Un trophée et un diplôme leur sera également remis lors de la remise des prix.

Nous attendons désormais leur classement au niveau de la zone Asie-Pacifique : en effet, ils sont désormais en lice contre les vainqueurs des autres Lycées français du réseau AEFE. Croisons les doigts !

Concours Alkindi

Ce concours de cryptographie a concerné tous les élèves de Seconde ainsi que quelques volontaires de 4ème et 3ème. Le premier tour vient de s’achever. Nous sommes donc en attente des résultats.

107_9694

Merci à tous les participants de ces concours, tous se sont investis avec sérieux dans les épreuves !

Publicités

Création de frises géométriques en CM2 avec Géotortue

Dans le cadre du trophée Shannon 100 organisé par l’Institut Henri Poincaré et l’association Pascaline, la classe de CM2 B du Lycée s’est initiée au codage informatique avec le logiciel Géotortue.

L’objectif retenu pour les élèves était d’utiliser ce logiciel pour coder des instructions permettant le tracé de frises géométriques en s’inspirant de notre patrimoine local.

Exemples-de-frises dans notre patrimoine culturel, à Hô Chi Minh-Ville

Ce travail s’est étendu sur 6 séances (d’une heure chacune) en octobre et novembre 2016.

Voici le film retraçant les étapes de ce travail :

Travaux d’élèves :

alain-et-victor jenny-et-aurora-ou-aurora-et-jenny leo-et-hugo-2myan-et-emmamaxence-et-enji-2minh-anh-et-oceane-2oceane-at-minh-anh

sandrine-et-estellemelinda-loe-alice

 

 

 

Tangrams et découpages

En classe de Cm2, une fois le programme de l’année en géométrie terminé, les élèves appliquent ce qu’ils ont appris en fabriquant des Tangrams !

20160606_130322Les élèves de la classe de Nicole, suivant ou écrivant un programme de construction…

20160609_123625

Tracer, scier, limer, poncer, coller, peindre…

tang 2 tang1 20160624_100052

Si l’origine du Tangram semble se trouver en Chine et remontrer à environ 4000 ans, on peut imaginer qu’il a inspiré un problème qui, lui, n’a été formulé pour la première qu’à la fin de XVIIIème siècle par Charkas Bolyai : peut-on  transformer n’importe quel  polygone en carré de même aire par simple de découpage ?

Pour un triangle équilatéral la réponse est oui, en seulement 4 morceaux :

dud

(Ce découpage est attribué à Henry Dudeney).

Pour un hexagone régulier ? La réponse est encore oui, avec cinq morceaux :

hex

Pour un heptagone régulier, il faut 7 pièces, mais cela est loin d’être évident…

hepMais, ces exemples ne répondent pas à la question de façon générale…

C’est finalement, au début du XIX ème siècle, que trois mathématiciens dont Bolyai lui-même, réussissent à démontrer de façon indépendante que n’importe quel polygone peut bien, par découpage, reconstituer un carré de même aire.

Par contre, la généralisation de ce problème en dimension 3 est impossible. Max Dehn, un étudiant de Hilbert, démontra en 1900 que l’on ne pouvait pas découper n’importe quel polyèdre de façon à composer un cube de même volume…